Triathlon : une recette pour la santé ?

triathlon et santé

Le triathlon regroupe 3 disciplines en une seule pratique. Pour cause, on lui attribue une intensité élevée d’entraînement jugé parfois néfaste à la santé. Médecin, coach sportif ont toutefois affirmé le contraire. Justement disent-ils, à raison de la diversification de ses activités et de ses effets complémentaires, le triathlon pourrait être une alternative pour combattre la sédentarité et ses conséquences associées. Par ailleurs, le triathlon reste un des sports comme les autres, on lui accorde alors les mêmes bienfaits à la santé autant sur le plan physique que psychique. Tour d’horizon sur les atouts de la pratique du triathlon.

Les personnes interdites au triathlon

En détail, les parcours stipulés chez easy-triathlon.be sont plus ou moins poussés. La Fédération Internationale du Triathlon ne serait pas toutefois homologuée si une telle affirmation est valide.

Toute personne sujette à des pathologies récurrentes ou à celles qui en font face seront interdits au triathlon ou la pratiqueraient sous surveillance étroite de médecin. Sont ainsi concernées, les personnes présentant de l’asthme ou des difficultés respiratoires poussées, celles exposées à des douleurs ou fatigues prolongées, les blessures non restaurées, ou autres formes graves. Les personnes âgées (45-50 ans) ne sont pas toutefois prohibées vers leur conversion en triathlète.

À l’heure actuelle, on dédie une variante de triathlon aux personnes présentant des handicaps physiques (paratriathlon), qui sont dès lors, autorisées à la pratiquer. Aucune précision n’est toutefois pas démontrée sur les handicaps mentaux.

Course à pied-duathlon-triathlon ; un enchainement bénéfique à la santé ?

La course à pied a démontré ses effets sur l’ostéoporose ou le déficit minéral de l’os. La natation et le vélo de leur côté sont bénéfiques pour la gonorthrose ou arthrose du genou. Ils ont également leurs responsabilités dans l’enrichissement de la qualité des muscles du quadriceps.

Mais les 3 disciplines sportives se présentent, par rapport aux autres sports, des ingrédients parfaits pour avoir une santé de fer. Si les épaules sont par exemple dégénérées, on atténue la natation au profit de la course à pied et un vélo modéré. Le principe est ainsi simple : « prévenir les autres parties de se dégénérer en inhibant la production des graisses et en stimulant les nerfs ».

C’est la manière au triathlon de réduire les risques associés au surpoids. Si on ne cite que le diabète de type 2, l’hypertension et le cancer. Il permet également de prévenir les hypertrophies musculaires ; la déchirure des cols et du fémur. C’est en effet l’un des rares sports qui font travailler chaque recoin du corps.

Les vigilances à prendre pendant le triathlon

Une personne désirant effectuer le triathlon doit maintenir un rythme progressif. On parle ainsi de triathlon d’intensité modérée en l’enchainant 30 minutes d’exercice sur les 5 jours de la semaine. La version intensité élevée se pratique à 20 minutes à raison de 3 jours par semaine. Par ailleurs, les blessures sont parfois inévitables, mais on n’a pas recensé depuis quelque temps des prises en charges complexes.

Leave a Reply

*