Quel est l’autre visage du cannabis ?

Autrefois, le cannabis était réduit dans l’imaginaire commun à un psychotrope récréatif ayant un impact négatif sur le consommateur. Toutefois, une évolution fulgurante des législations au cours des dernières années dans de nombreux pays en Amérique, en Europe, en Afrique fait évoluer les mentalités grâce à une dépénalisation progressive. Aujourd’hui, au-delà de l’image d’une substance dangereuse, c’est une plante ayant des vertus thérapeutiques et de nombreux effets médicinaux qui est présentée sous diverses formes (boisson, pâtisserie, confiserie…).

Plus qu’un psychotrope ?

Le cannabis a longtemps été perçu comme un stupéfiant dangereux pour la santé ; il est inscrit comme drogue dans la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 et peut conduire à une peine à perpétuité en cas d’infractions aux États-Unis.

Cela n’a pas toujours été le cas. Déjà en 1830, les effets thérapeutiques de cette plante étaient connus des médecins anglo-saxons et européens. À la fin du XIXe siècle, les Américains et les Européens pouvaient acheter des extraits de cannabis dans des cabinets médicaux pour soulager les maux d’estomac, les migraines, l’insomnie et d’autres maladies. C’est surtout le contexte historique de l’évolution de sa consommation au XXe siècle qui a entrainé cette perception négative, aboutissant notamment au Marihuana Tax Act de 1937 aux États-Unis.

Aujourd’hui, les études qui se sont penchées sur la question permettent aux partisans de la légalisation du cannabis d’en affirmer les effets positifs pour la santé. C’est un excellent palliatif pour les douleurs chroniques, et il est recommandé pour soulager les patients subissant une chimiothérapie. Il est prouvé avoir un impact très positif contre l’épilepsie, en particulier celui lié au Syndrome de Dravet.

Ces nombreuses vertus se rapportent principalement à un des composants du cannabis, le cannabidiol (CBD).

Le cannabidiol, déjà utilisé en pharmacologie

Le cannabidiol est une substance chimique extraite du cannabis (40% de la composition de la plante) pouvant entrer dans le traitement de convulsions, d’inflammation, du cancer, etc. Il est présent dans des médicaments comme le Sativex, l’Epidiolex.

Comme avec le cannabis, les aliments et les boissons peuvent être infusés de CBD pour une consommation plus agréable. Un certain nombre de produits sont commercialisés comme contenant de la CBD, mais en réalité, en contiennent peu ou pas du tout. Le cannabidiol est donc de plus en plus commercialisé par des particuliers sous forme d’«huile de CBD», pouvant entrer directement dans la préparation de plats et la fabrication de boissons.

C’est donc une substance qui devient très accessible, quoique strictement encadrée notamment en France. En effet, malgré ses nombreuses vertus, le cannabis et ses différentes composantes demeurent des psychotropes pouvant avoir un impact négatif sur la santé comme des troubles de la mémoire, des troubles psychologiques ou le syndrome cannabinoïde.