Tout savoir sur la crise hémorroïdaire

Douleurs, démangeaisons anales, sang dans les selles… Une consultation auprès d’un médecin permet d’orienter sur l’origine de ces symptômes. Il peut s’agir d’une crise hémorroïdaire, à confirmer par le médecin. Comment reconnaître une telle crise ? Quels sont les facteurs pouvant la déclencher ? Zoom sur la crise hémorroïdaire !

Crise hémorroïdaire ou cancer du rectum ?

Une crise hémorroïdaire se manifeste par plusieurs symptômes. Les signes apparaissant fréquemment sont des douleurs au niveau de l’anus. Ainsi que du sang visible dans les selles et des démangeaisons. Les hémorroïdes externes se manifestent par des poussées douloureuses autour de la région anale. Mais, ses symptômes peuvent correspondre aussi bien à une crise hémorroïdaire qu’à un cancer du rectum. Une visite chez le médecin est donc nécessaire pour être mieux situé. Quand les poussées douloureuses récidivent, il faut penser faire confirmer le mal par un médecin. Notamment, lorsque les crises hémorroïdaires se répètent avec des douleurs insupportables et des saignements.

En effet, la consultation s’avère indispensable parce que toute douleur ou saignement n’est pas forcément par des hémorroïdes. Il pourrait s’agir d’une pathologie plus sévère. Dépêchez-vous si le sang présent dans les selles est de couleur foncée. Seul le médecin saura confirmer la maladie après des examens.

Quels sont les facteurs favorisants la crise ?

On sait que la crise hémorroïdaire apparaît avec démangeaisons, douleurs, gonflement ou saignement. Les facteurs favorisants ces désagréments sont, d’après les médecins traitants, la constipation et la sédentarité chez les deux sexes (masculin et féminin). Chez la femme, une crise hémorroïdaire peut survenir au cours de la grossesse ou après un accouchement. Par ailleurs, certains aliments seraient responsables de la naissance des poussées douloureuses. Cependant, cela reste à démontrer. Les aliments au banc des accusés sont le café, le piment, le poivre, alcool, tabac, etc. Surveillez donc votre alimentation.

Les personnes ayant un bon transit intestinal souffrent très peu de la constipation qui compte parmi les facteurs favorisants. Il est primordial de s’entourer de tous les gestes contribuant à éviter les troubles du transit intestinal.

Les bons gestes pendant une crise hémorroïdaire

On peut faire appel à un laxatif doux. Il aide à augmenter le volume et l’hydratation des selles. Préférez un laxatif contenant des fibres et de mucilages. Mais, il ne faudrait pas en abuser. Adoptez également de bons gestes lorsque vous êtes à la selle. Quand vous essuyez, il faudrait le faire en douceur à l’aide d’une compresse humide. Évitez de pousser lorsque vous êtes à la selle. On évitera aussi de rester trop long dans la position assise.

Une fois la crise hémorroïdaire passée, vous pouvez éviter les récidives en agissant sur les facteurs déclenchant le mal. Commencez par traiter la constipation occasionnelle ou chronique. Une alimentation saine et équilibrée permet d’éviter la constipation. Les aliments à privilégier dans ces conditions sont les fibres. On pense aux fruits, légumes les céréales. Proscrire une alimentation trop grasse et épicée. Buvez une bonne quantité d’eau chaque jour (entre 1,5 et 2 litres).