En position assise : une pause anti-douleur express

Fiche d’identité
– Pour qui? Pour les travailleurs sédentaires.
– Prix: Rituel gratuit.
– Temps à consacrer et périodicité: 5 minutes toutes les deux heures.
– Forme physique nécessaire: Toutes.
– C’est pour vous si: Vous passez l’essentiel de vos journées assis(e) devant un bureau.

Dans une vie, nous passons 17 ans sur 75 en moyenne dans la position assise. Sur le lieu de travail, le temps vécu sur une chaise ne cesse de croître. Devant son ordinateur, suspendu à son téléphone, en réunion ou lors d’un rendez-vous extérieur, l’homo buroticus use le fond de ses pantalons ou de ses jupes sur les bancs publics ou privés.Observons une personne assise: un dos arrondi, un cou penché, des épaules contractées et des jambes souvent croisées.

Inlassablement répétée, cette position entraîne rapidement des raideurs musculaires, source de douleurs, et à terme, des déformations et des dysfonctionnements (maux de dos, poumons rétractés en raison d’une cage thoracique fermée, « bosse du chameau » de la vertèbre cervicale 7 etc.).

Alors, halte au gâchis! S’il est impossible d’adopter en permanence une position assise idéale, il est possible d’éviter certains désagréments en respectant toutes les deux heures une pause express anti-douleur de 5 minutes.Durant cette pause, vous êtes assis(e) sans vous adosser. Le dos et le cou sont perpendiculaires au plancher. La tête est légèrement inclinée vers l’avant avec le menton et le ventre rentrés. Les épaules sont relâchées. La paume des mains reposent sur les cuisses ou les genoux. Les jambes sont parallèles. Les genoux forment un angle droit. Et les pieds – nus ou en chaussettes – dans le prolongement des jambes (et surtout pas en canard) reposent à plat sur le sol.

Dans cette position correctrice, le dos et le cou s’étirent naturellement. La circulation sanguine s’effectue dans les meilleures conditions, libérée des contraintes liées au repliement physique sur soi-même.Pour profiter au maximum de cette pause express anti-douleur, vous devez lui associer une respiration légèrement amplifiée: inspirez profondément et lentement par le nez, puis expirez par la bouche après avoir marqué un temps d’arrêt de 5 à 7 secondes.Vos collègues de bureau en auront d’abord le souffle coupé, mais prendront rapidement le rythme. Car le bien-être, et non la force, sera avec vous…