L’EMDR, une thérapie douce pour soigner les maux

Votre vie d’adulte est souvent conditionnée par les maux de l’enfance et/ou de l’adolescence notamment. Les épisodes dépressifs, les addictions, les phobies, les frayeurs nocturnes et/ou le syndrome de stress post-traumatique notamment, sont autant de traumatismes qui affectent votre vie quotidienne. D’ailleurs, vous aimeriez bien vivre une vie paisible à l’image d’un long fleuve tranquille. Mais voilà, il est impossible de faire machine arrière et d’éviter que ne se produisent les instants douloureux de votre passé. Comment dès lors guérir et envisager votre vie autrement ? Et si, vous envisagiez une thérapie douce qui utilise notamment le mouvement des yeux ? Focus sur un traitement pas comme les autres : la méthode EMDR

La technique EMDR, c’est quoi concrètement ?

Découverte par hasard aux États-Unis il y a une poignée d’années, cette technique éprouvée est une méthode de psychothérapie qui soigne l’esprit en faisant bouger les yeux notamment. Quatre lettres, EMDR, qui signifient « Eye Movement desentization and reprocessing » ou plus simplement, reprogrammation et désensibilisation par le mouvement de l'œil.

Méthode similaire à l’hypnose, où les mouvements des yeux suivent un pointeur permettant ainsi d’effacer au fil des séances les traumatismes. Une gymnastique oculaire qui agit alors sur les neurones et le cerveau pour délivrer des maux et appréhender différemment un comportement difficile à vivre.

Comment choisir son thérapeute ?

À l’image de toutes les disciplines médicales et paramédicales, cette discipline est pratiquée par un psychiatre ou un psychologue formé à cette technique. Une expérience solide pour vous assurer le soutien nécessaire dont vous avez besoin.

Ensuite, que vous optiez pour un homme ou une femme a peu d’importance en réalité. En effet, peu importe la personne. L’important est que vous vous sentiez en confiance pour aborder vos difficultés et pour que vous puissiez explorer ensemble les motifs inconscients qui vous minent. Ensuite, dès la première séance n’hésitez pas à poser toutes les questions – tarif, fréquence, cadre et déroulé des séances, formation, technique par exemple – même celles qui vous paraissent saugrenues. Et, surtout gardez à l’esprit, que le thérapeute ne doit pas enfreigne le code de déontologie et que vous devez vous sentir à l’aise en toute circonstance

Comme pour toutes les approches médicales, un travail sur soi est nécessaire et, le praticien n’est pas une solution miracle. Les maux ne vont pas disparaître en quelques coups de baguette magique ! Pour finir, un site est d’ailleurs dédié à cette discipline en France.