Ce qu’il faut savoir sur la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche de plus en plus de personnes. D’ailleurs, on compte, pas moins de 900 000 personnes en France et, 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an. Même si cette maladie neurodégénérative touche principalement les femmes – deux malades sur trois – il n’en reste pas moins que les hommes ne sont pas épargnés pour autant. En 2020, 3 millions de personnes seront concernées par cette maladie et pas loin de 115 vers 2050 !

Parce que l’on est parfois démuni, qu’il n’est pas toujours possible de prendre en charge l’un de ses proches atteints par cette maladie chez soi, il convient de trouver via un annuaire de résidences médicalisées, une chambre EHPAD – Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes – pour accueillir et accompagner ce dernier de manière adaptée

Mais qu’est-ce réellement la maladie d’Alzheimer ? Quels en sont les symptômes ? Existe-t-il des moyens de prévention ?

Qu’est-ce concrètement la maladie d’Alzheimer ?

Du point de vue physiologique, les personnes atteintes présentent toutes une accumulation progressive d’une protéine qui se localise principalement dans une région du cerveau que l’on appelle l’Hippocampe. Cette protéine – la bêta-amyloïde – forme alors des plaques dites amyloïdes au niveau des neurones. Ces derniers dégénèrent et finissent par mourir les uns après les autres. 

Quels sont les signes de la maladie ?

La maladie peut se manifester de différentes façons. En effet, même si les pertes de mémoire restent les symptômes les plus connus, selon les personnes d’autres signes peuvent se manifester de manière insidieuse au début, puis connaître une évolution progressive et rapide. 

Les troubles du langage peuvent se manifester, et ce, de manière partielle ou totale. La personne rencontre alors des difficultés à communiquer et, à tendance à compenser en utilisant des « mots valises » comme truc et machin et, peut également présenter un défaut de compréhension, perdre rapidement le fil de la discussion, se répéter, voire se perdre dans les échanges en employant hors de leur contexte certains mots de vocabulaire. La personne malade perd également ses réflexes en termes d’attention et de concentration. Dès lors, de nombreuses tâches deviennent très fastidieuses, voire impossibles à mener. On parle également d’apraxie, de difficulté à mener à bien des gestes du quotidien comme l’utilisation de certains appareils, l’écriture, l’utilisation des couverts ou encore le fait de devoir s’habiller tout simplement. Les gestes pour réaliser la majorité des tâches courantes sont alors tout simplement oubliés. Cela peut également s’accompagner d’agnosie. Les objets usuels, les goûts, les visages familiers deviennent alors des grands inconnus, méconnaissables aux yeux de la personne touchée. 

La personne malade peut présenter également présenter des troubles affectifs et émotionnels. Cette dernière passe alors par de nombreux états tels que l’anxiété, l’apathie, l’irritabilité, l’euphorie voire même la dépression. On dit qu’elle a une humeur très changeante. D’autres, peuvent devenir agités, agressifs ou présenter des troubles de l’appétit, du sommeil. Des idées délirantes voire des hallucinations – visuelles, auditives, sensorielles, amnésiques – peuvent également toucher les personnes. 

Dans tous les cas, les fonctions dites « cognitives » – mémoire, langage, raisonnement, apprentissage, résolution de problèmes, prise de décision, perception sensorielle, attention notamment – sont touchées les unes après les autres.

Comment s’en prémunir ?

La maladie d’Alzheimer – qui tient son nom du psychiatre et neurologue allemand Aloïs Alzheimer – n’est certes pas anodine et de nombreuses actions de prévention sont possibles. Dans certains cas, la réalisation d’une activité sportive régulière – au moins deux fois par semaine pendant trente minutes – une alimentation saine et équilibrée, la stimulation intellectuelle et sociale sans oublier le fait de prendre soin de son cœur, de ses artères et de ses vaisseaux permettent d’en minimiser les effets. Et, la meilleure des prévention est de consulter son médecin traitant le plus rapidement possibledès les premiers signes.